Dimanche matin…

Tout d’abord merci à tout ceux qui essaient de m’aider, j’apprécie grandement, mais pour l’instant tout va bien ici. Je vais essayer d’expliquer un peu plus pourquoi je ne peu partir avant la date du 31 mars.

Je suis présentement dans la ville de Barrydale à exactement 246 km de Cap Town, ce qui je pense me prendra 6 jours à faire, je pourrais le faire plus rapidement mais je serais bloqué à Cap Town de toute façon et tout sera plus cher pour moi. Donc si j’arrive vers le 21 ou 22 mars j’aurais 6 à 7 jours pour faire tout ce que j’aurai à faire, soit mettre mon vélo dans une boîte et surtout trouver un billet d’avion vers Johannesburg, ce qui je pense sera assez facile. J’essais de passer le moins de temps possible à Johannesburg parce que la ville n’est pas la ville la plus sécur en Afrique, mais je dois quand même y aller, puisque tout les grands porteur parte de là-bas, si j’ai quelque problème que ce sois, tout sera plus facile pour moi de trouver un avion là-bas et sans oublier il y a une ambassade canadienne.

L’autre option serait de tout laisser ici, vélo, vêtement etc etc partir avec le stricte nécessaire, mais vous vous en doutez certainement, ce serais en dernier recourt parce que j’y perdrai beaucoup d’argent. Donc je pourrais laisser tout et faire le même trajet, ça serait sans doute plus facile à me déplacer. Mais de toute façon si le Canada fermerait ces frontières je serais rendu au même point, qui est bloquer en Afrique.

La seule chose qui m’aiderait énormément c’est de suivre les nouvelles provenant de air canada, tant et aussi longtemps que air canada fait des vols je serai ok, mais si vous attendez que air canada ne vol plus et bien là je serais dans la m…. Mais restons positif et ne paniquons pas, ici je le redit je ne suis pas confiné dans une cabane en bambou, donc restons calme.

Donc merci encore pour toute l’aide et si vous avez quelque idée pour m’aider et bien faite moi-le savoir par mon e-mail: tremblayr51@gmail.com

P.S Demain je repars sur la route pour la ville de Montagu 62 km.

RÉMI

Changement de date de retour…

Et bien tout change rapidement. Hier j’ai reçu des nouvelles de mon agence de voyage, ma nouvelle date de retour sera le 31 mars, même itinéraire et même heure, aucun frais à payer ( vraiment surpris parce qu’on m’avais toujours dit qu’il y aurait des frais lorsque tu change de date ), je n’est pas encore reçu mon billet mais l’agence ma dit que ça ce fera dans les prochains jour puisque tout le monde sont débordé pour l’instant.

J’ai réfléchi longtemps avant d’écrire à mon agence, est-ce que je devrais ou non partir avant ma date prévu, parce que et je le redit encore, ici, tout est vraiment au point mort, oui! il y a quelque cas au Cap mais rien de plus, donc je pourrais continuer comme cela jusqu’à la fin et je pense qu’il n’y aurais pas trop de problème, mais je sais qu’à moins d’une chance incroyable que l’Afrique sera certainement touché un jour ou l’autre, parce que malgré que ce n’est pas vraiment la haute saison il y a beaucoup de touriste ici alors voyage plus virus ça ne fait pas bon ménage. Ce qui m’inquiète c’est que le pays à tellement d’autre problème, je me demande comment il vont dealer avec celui-ci. C’est donc pour cela que j’ai décidé de changer ma date de retour. Mais je ne suis pas parti encore il faudra que tout ce passe bien dans les aéroports et cela ce n’est pas chose faite.

Pour l’instant je suis dans la belle petite ville de Barrydale, dans un endroit vraiment surprenante et vraiment très belle.

On m’avait dit que j’allais être surpris et je le suis vraiment. Tout est décoré avec goût ici, j’adore tout de cette appart, en plus ils m’ont donné une réduction qui fait que cette endroit me coûte 40 dollars can/jour. Je vais en profiter.

Ce qui me reste à faire avant mon départ, et bien lundi je retourne sur la route, il me restera environ 200 km à faire pour atteindre Cap Town, arrivé là-bas je devrais prendre mon billet d’avion vers Johannesburg d’où sera mon départ vers le Canada. Si tout va bien je serai à Cap Town vers le 21 mars, donc j’aurai tout le temps nécessaire pour défaire mon vélo et le mettre dans une boîte et trouver un vol pour Johannesburg ce qui devrait être facile🤞

Est-ce que je suis déçu de partir plus tôt, oui et non, puisque le plus gros de mon voyage est fait, mais c’est certain que j’aurais aimé compléter mon voyage jusqu’au bout mais je crois que si j’attend trop longtemps tout serais plus compliqué.

Je vais bien profiter du temps qu’il me reste et résoudre les problèmes lorsqu’ils se présentera à moi. Prendre au jour le jour.

Rémi

Mise à jour …virus

Malgré qu’ici rien de vraiment important coté virus, mais voyant que les État-Unis ont fermé leur frontière pour l’Europe, j’ai donc écris à mon agence de voyage pour voir tout mes options pour mon billet d’avion. Ce que je crains c’est que l’Afrique du sud soit atteins par une vague du virus et que je sois bloqué ici pour un bout de temps. Donc si il y a possibilité de peut être changer ma date de retour pendant que l’Afrique ne soit pas touché vraiment, ça serait une bonne chose, même si cela me causerait beaucoup de problème.

Je ne sais pas ce qui peu arrivé d’ici ma date de retour qui est le 12 avril et je n’est aucun contrôle sur les décision que pourrait prendre Trudeau, alors il vaut mieux prévoir un peu au cas où. En passant je trouve incroyable et vraiment stupide ce que Air Canada fait vivre à tout ceux qui voyage en Italie, canceller leur billet et leur redonner leur argent et les laisser là…c’est fou !

Rémi en Afrique du Sud

Ville de Ladismith

J’ai travaillé fort dans ces 50 km, oui! entre les deux villes c’était juste 50 km. Moi qui pensais que j’aurais une petite journée paisible hihi. Presque aussitôt parti de la ville ce matin, j’ai vu ces grosses montagnes qui m’attendaient, je me suis dit Oups! Mais au moins c’était nuageux donc un peu plus frais, aucun vent. Je savais que j’avais le temps pour le faire, parce que la prochaine ville n’était qu’à 50 km, donc pas de panique, il faut juste mettre un pied devant l’autre, c’est ce que j’ai fais.

Sur la photo du haut j’avais monté pendant 1 heures seulement, il me restait 1heures 15 min à faire, donc faite le calcule, cette belle montée ma pris 2 heures 15 min , c’est complètement fou ! En plus je n’était pas en grande forme, mais lorsque que tu es sur la route, tu oubli tout et tu monte, des touristes baissaient leur vitre pour me prendre des photos, je trouvais ça tellement drôle, juste en pensant au photo que ça allait faire, un gas à moitié mort, le visage plein de sueur et la langue sorti hihi….belle photo.

Malgré que c’était vraiment difficile, j’ai vraiment adoré les montagnes qui m’entouraient, parfois je devais m’arrêter pour prendre le temps de toute observer, c’était trop magnifique, je voulais me souvenir …

Après être sortir de ces montagnes, le paysage était encore plus magnifique, le montagnes au loin, des fermes, et des champs de vignes à perte de vue, j’ai adoré.

Donc ce fut une belle journée. Ce soir je me repose et je vais essayé le plus possible de me remettre en forme, j’ai deux jour dans cette ville, donc je vais l’utiliser trouver une manière de bien me soigné pour retrouver toute mes forces.

Rémi

Ville de Calitzdorp

Je suis là, tout au fond, le petit village

Bon ça commence bien, on vient de m’annoncer que je vais perdre l’électricité de 16 hrs à 18 hrs 30 ( il est 15 hrs 15 ).

Petite journée de vélo pour moi, seulement 60 km, en plus presque tout le chemin était droit Youppie ! Tout c’est bien passé ce matin, les nuages étaient vraiment présent donc tout était là pour vraiment facilité ma route, j’en avais un peu besoin, j’ai encore « choppé » quelque chose, ça m’affecte sur ma force musculaire et curieusement ça me donne de bonne douleur à ma mâchoire. J’ai tout ce qui faut pour me soigné, mais je trouve quand même ça tannant d’être dans cette état ( et non ! je n’est pas de virus 🤫) Ça fait quelque jour que je ne me sent pas super bien, mais je roule quand même, je crois que c’est la chaleur que j’ai subit l’autre jour qui mit dans cette état, pas grave y faut juste que ça passe….

Ici c’est un tout petit village au pied des montagnes, pas grand chose à y faire, c’est pour cela que je repars demain pour Ladismith ou j’ai resterai deux nuits, pour mit reposer un peu. Mais ce qui est drôle c’est que même si c’est un tout petit village, il y a des bons resto, j’arrive tout juste de manger des pâtes dans un resto italien et c’est une vrai famille italienne qui tiens le resto, pas besoin de vous dire que tout était vraiment bon, il y a aussi un resto Français, mais malheureusement je n’aurai pas le temps d’y aller.

La route va bien, à par les autruches que je vois le long du chemin, pas grand monde qui vivent. Je ne sais pas si je vous l’avait dit, mais je suis dans le coin des élevages d’autruches, ici ont mange de l’autruches partout, ils ont bien essayé de m’en faire manger mais je en vois pas le besoin de faire souffrir un autre animal, quand on a gaspille tellement ( mon opinion ) J’ai vu presque tout sur les menues des resto, autruches, crocro, serpent, singe, etc etc. C’est fou ce que l’être humain peu faire comme stupidité ( mon opinion hihi)

Pas certain que si je demande aux autruches que c’est un paradis

Oups! quelqu’un cogne à la porte, le dame vient ce faire payer…à plus

Un autre 63 km de fait…Ville de George Town

Malgré une nuit assez agité, du aux piqûres de moustiques durant presque toute la nuit, les 63 km ce sont assez bien passés. Mais encore une fois j’ai dû puisé dans tout ce que j’avais, une longue côte en particulier à été tellement dure à monter, je pense que les personnes qui me voyaient en passant tout près de moi, semblait vraiment étonné de me voir grimper dans cette chaleur, mais avec de la patience et beaucoup de détermination j’y suis finalement arrivé.

La chaleur, oui je vous parle encore de la chaleur, elle est dure avec moi depuis que je suis arrivé dans le sud, il n’y pas une journée qui passe ou je ne suis pas affecté, pas seulement moi, tout ceux à qui je parle me parle de la chaleur aussi. Aujourd’hui le mercure à monté à 32, mais j’étais chanceux ma route était faite, mais dans la ville ou je vais demain aujourd’hui ça monté à 41, c’est fou ! J’aimais je n’aurais pensé que je roulerais en Afrique du sud dans une température aussi chaude. C’est une chose de marcher tranquillement sur un trottoir dans une ville et s’en est une tout autre de rouler sur un vélo en pleine côte, c’est complètement fou ! Lorsque j’arrive dans ma Guesthouse après une journée sous ce soleil de plomb, je suis complètement vidé, j’ai donné tout ce que j’avais. Mais j’ai aussi beaucoup de fierté du travail accompli.

Souhaitons que le mercure descende un peu, parce que sinon ça ne sera pas du gâteau .

Rémi

Besoin d’aide … Merci ! Yousef

Jeudi matin J’ai toujours cru dans la vie que pour survivre il fut s’adapter et bien c’est ce que j’ai fais hier.

Comme d’habitude ma journée à bien débuté, le soleil ce levait au moment ou je donnais mes premiers coup de pédales, tout était magnifique, la route était lisse ce qui donnait à mon vélo beaucoup de vitesse, le chemin était bordé d’arbres et de montagnes, tout était parfait, j’adorais cette route paisible.

Il y avait ces gorges profonde, c’était vraiment incroyable de passer sur ces ponts et regarder tout en bas. Mais quelque chose de drôle mes arrivés quelque minutes avant de rouler sur un des ponts, au loin j’ai commencer à entendre klaxonner des camions, comme d’habitude je pensais que c’était pour moi, mais je me disais que c’était beaucoup trop loin, plus j’avançais plus je voyais que les autos et camions étaient au ralenti, tout d’un coup j’ai bien vu quels étaient le problèmes, des familles de Babouin ( singes ) qui traversaient la route. Les plus gros étaient assez impressionnant avec leur deux grosses canines, je me demandais bien si j’allais subir une quelconque attaque de leur par, j’avançais avec prudence. Presque tout les singes sont traversés assez rapidement, mais un seul c’est retourné vers moi et a commencé à me lancer des cris stridents, tout en me montrant sa gueule rempli de dents. Je décidais de accélérer le coup de pédale, mais au moment ou je passais il s’est mit à courir dans ma direction, il a même réussit à touché mes sacoches arrière, mais à soudainement lâché prise lorsqu’une auto c’est approché, ouf! il en a fallu de peu qui ne soit capable de mettre la main sur ma nourriture. Merci au conducteur de l’auto qui à klaxonner assez intensément pour ne pas que tout tourne mal.

Après cette rencontre un peu bizarre, j’ai poursuivi ma route sans trop de problème, mais la chaleur montait très rapidement, mais pas encore assez pour me causer des problèmes. Arrivé dans à Plettenber Bay je pu me reposer tout près d’un parc, c’était vraiment très beau, je pris vraiment le temps de manger et de boire plus que ce que mon corps pouvait absorber. Après environ 45 min je parti vers ma destination final qui était à environ 30 km. Naturellement puisque j’avais descendu il me fallait maintenant remonté et c’est là que j’ai vraiment senti que la température avait brusquement changé. C’était devenu un four, jamais je n’avais ressenti une tel chaleur, arrivé en haut de la coté j’étais complément vidé, je pris le temps de bien boire dans une station d’essence à l’abris du soleil. Lorsque je suis reparti je voyais bien qu’il faisait une chaleur insupportable puisque tout le monde que je croisais était couché à l’ombre, seul moi qui était sur la route avec mon vélo.

Encore une fois il me fallait réagir très vite, puisque je ne voyais aucun arbre ou je pouvais me mettre à l’ombre, si je restais sur la route avec cette chaleur je savais que l’eau que j’avais n’allais être d’aucune utilité, il faisait vraiment trop chaud. Au moment ou je prenais encore de l’eau un homme est arrêté avec son petit camion, il ma demandé si j’avais besoin d’aide…hummm! je ne sais pas trop, que je lui est répondu, si tu veut tu peu mettre ton vélo dans mon camion, je vais a Knysna, j’acceptais tout de suite. Avant de partir nous avons discuter de la chaleur et il a sorti un thermomètre de sa poche et la mit sur le chemin et en quelque seconde la température du sol est monté à 51 celsuis…je capottais ! Lui il ma sourit en me disant que seul un touriste peu faire du vélo dans cette température. Moi, je savais qu’il faisait chaud mais à ce point.

Yousef, Éthiopien de naissance, parlant un très bon anglais nous avons partager notre vie tout au long de notre cour voyage. Très gentil, il a voulu m’aider tout simplement, pour ne pas qu’il m’arrive quoi que sois sur la route. Il ma conduit comme ça au centre ville et sans rien demander il ma serrer la main en me souhaitant un beau voyage. J’étais renverser par sa gentillesse.

Changement climatique, personne ici à ma hôtel n’avait encore eu une chaleur comme ça et ce qui est assez bizarre, ça ne dure qu’une journée, ce matin tout est retourner à la normal. Il fallait que ça tombe sur ma journée de vélo. J’espère juste qu’il n’y aura plus de ces journées extreme, sinon il faudra que je pense à prendre un autre transport, parce que je ne pourrai jamais faire du vélo dans cette chaleur.


Hier soir dans la nuit j’ai eu un avertissement que ma carte de crédit avait été cloné, je capottais vraiment….en pleine nuit j’ai appelé visa pour voir ce qui ce passait, parce que je ne voulais pas qu’il bloque ma carte, c’est la seul que j’avais. Après plusieurs minute de discutions, tout est revenu dans l’ordre, c’était une erreur. Je pouvais dormir en paix. Mais ça sonner une petite cloche en moi de regarder plus souvent ce qui ce passait sur ma carte.

Rémi

Demain 40 degrés 🥵

Je fais tout juste de regarder la température pour demain, 40 degrés et le plus drôle dans tout cela, c’est que jeudi il annonce 28 avec un air froid, pas chanceux le gas. J’aurais bien aimé attendre mais pas le choix je dois partir demain. En plus j’ai une grosse journée, puisque j’aurai 93 km à faire. Et bien comme Claude Ruel (ancien coach des Canadien de Montréal ) disait: Hein! les gas il y aura pas de facile.🤪

Bizarre de journée 🤔

Tout à bien débuté, j’étais près très tôt ce matin, assez pour voir le soleil ce levé sur la plage. Très rapidement j’étais rendu sur la N2 autoroute, il y avait un peu de vent mais rien d’important, à peu près deux heures après avoir pris l’autoroute, le vent commençait à être plus important, mais je pouvais encore rouler, parcontre j’étais toujours en mode pédaler, qui veut dire que je n’avais aucune pause. Mais je continuais en espérant que le vent ce calme un peu parce que je roulais en bas de 15 km heures, c’était trop lent et je le savait.

Le vent devenais soudainement très violent et de face en plus, j’avais beau pousser et pousser je n’avançais presque pas, j’arrêtais plus souvent pour conserver mes forces, mais le temps filait rapidement et j’avais encore 66 km à faire, je ne rentrerais pas dans mes temps. Je me suis dit que je devais trouver un moyen pour essayer de passer tout ce vent et trouver un endroit un peu plus loin pour continuer, pour cela il faudrait que quelque soit assez gentil pour m’aider.

Je m’étais dit que lorsque j’arriverais en haut de cette cote j’allais essayer de faire du pouce pour me faire faire quelque km, du moins me sortir de ce vent, si cela serait possible. C’est là que ça deviens bizarre, comme je poussais mon vélo encore, je levais ma main qui poussais le vélo par mon siège, donc j’ai a peine levé ma main et a ma grande grande surprise un petit camion c’est arrêté, mais honnêtement j’avais un peu peur parce que je trouvais ça trop vite, ça ce pouvait pas, j’étais certain que j’étais dans le trouble. Je m’approchais avec prudence vers le camion, dans ma tête j’avais déjà un chemin de tracer si il ce passait quelque chose. Arrivé à la hauteur de la vite, j’ai remarqué un homme seul, mi souriant, je lui demandais ou il allait il ma dit Storms river ( même endroit que moi ) j’en croyais pas mes oreilles, je lui est demandé si il pouvait m’embarquer pour passer tout ce vent, il ma dit qu’il n’y avait pas de problème mais que je devais faire vite puisque pour lui le temps c’était de l’argent, rapidement je tirais mes bagages dans la boîte du camion et le vélo aussi et je pris la chance d’aller avec cette homme.

On ce présentait et imaginez vous donc que son nom était Joel, comme mon ami en Australie, je trouvais bizarre, parce que la dernière fois c’était Fanie, une autre amie et maintenant Joel. Très vite il m’avoua qu’il avait beaucoup de mal ce matin et qu’il avait besoin de parler à quelqu’un, il souffrait. Nous avons donc parlé d’un paquet de chose et je lui est conté mon histoire de voyage, ma vie, c’était génial comme conversation. Avant que l’on ce quitte, il ma avoué que je lui avait surement sauvé la vie, notre rencontre à été pour lui et pour moi la croisé des chemins, moi qui avait besoin d’aide sur le bord du chemin et lui avait besoin d’aide personnel. Lorsque je me suis retrouver seul sur le bord du chemin, presque rendu à ma destination, j’ai réfléchi à notre rencontre et à cette homme, j’espère juste qu’il poursuivre une vie heureuse maintenant.

Bizarre de journée, mais très forte en émotion.

Rémi

Un peu triste ce soir

Ça ne m’arrive pas très souvent, mais ce soir il y a une petite tristesse, je pense à mon voyage et au départ de demain, c’est un peu bizarre. Je laisse ici des amies super, Robney, Hellen, Pam, Vanessa, tous mon tellement aidé, ils m’ont fait sentir comme à la maison, c’est toujours difficile de faire ces aurevoir en sachant très bien que je ne les reverrai plus jamais. Je ne dirai jamais assez souvent, j’ai rencontrer de bonne personnes tout au long de mon voyage ( jusqu’à maintenant ).

Demain assis sur mon vélo, le sourire me reviendra surement et je partirai pour d’autre belle rencontre.

Rémi

Quels sont tes plus grands rêves ?

Une amie ma posé l’autre jour cette question que je trouve si profonde; Toi Rémi, quels sont tes plus grands rêves ? Pour moi rêver à quelque chose et là je parle du moment où tu te dit: wow! ça serait super si je ferais cela….C’est là que commence un rêve, ce petit quelque chose qui te fait battre le coeur à cents milles à l’heure juste à y penser. Par la suite il ne tiens qu’à toi qu’il reste une pensé où qu’il devienne une réalité.

Pour ma par j’ai deux sorte de rêve si je peu dire cela, un rêve intérieur et un rêve extérieur, je veut dire par-là, qu’un rêve intérieur c’est quelque chose qui te change toi, comme devenir une meilleur personne etc etc, un rêve extérieur c’est comme je fais présentement, un voyage, c’est quelque chose que tu réaliser physiquement et ça peut être n’importe quoi d’autre.

Revenons à cette belle question, mes plus grands rêves. Un de mes rêves physique, ça serait naturellement de continuer à voyager et entrer en contact avec le plus de gens possible. J’adore physiquement communiquer avec d’autre personnes et les observer dans leur monde si je puis dire, ça me permet aussi de réaliser que nous sommes identique et cela peu importe ou nous sommes sur cette terre. Tous nous recherchons un bonheur constant, tous nous voulons ne pas souffrir. Je devrais aussi ajouter qu’il est passionnant de découvrir le sourire d’une personne.

Un autre rêve serait de continuer à vivre librement, de ne pas avoir de maison, d’endroit ou vraiment dire c’est ici que je vie jusqu’à la fin de ma vie, être vraiment près à tout lâcher si une belle occasion se présente et ne pas avoir peur de risquer, si c’est pour une bonne cause.

Maintenant le rêve intérieur, j’en es un seul et qui est gravé à l’intérieur de moi depuis très longtemps. Je rêve toujours de ne jamais oublier que la vie peu ce terminer à n’importe quel moment, que demain n’existe pas encore et qu’hier n’existe plus, seul le présent est important. Ce rêve où peu être pensé intérieur, à complètement changer ma vie la journée où j’ai vraiment compris toute son impact. Je sais que la vie va très vite parfois et quelle te fait oublier l’essentiel, j’essais d’être très vigilant pour ne pas me trouver sur un autre chemin, parce que c’est à ce moment-là que tu va réaliser que tu tes trompé et c’est souvent très difficile de retrouver l’essentiel de ta vie.

J’espère mon amie que tu a trouver une réponse à ta questions, je finirai avec ceci; « Le rêve ma permit de réaliser un tas de choses dans ma vie, aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours voulu réaliser mes rêves. »

Rémi